Qui sommes-nous ?

Artisans, entreprises familiales
Les « petits » entrepreneurs
Des indépendants

La Coordination Nationale Des Indépendants a pour objet la défense

La CNDI a été reconnue comme représentative par le ministère de la justice et le ministère du travail , de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social en mai 2017 au titre d’une représentation Nationale et Interprofessionnelle. C’est à dire dans toute la France et pour toutes les professions.

Elle a choisi d’être présente dans toutes les institutions dans les quelles sont les « petits entrepreneurs » pour leur donner force et vigueur. Parmi les moyens choisis, La CNDI donne une priorité aux institutions faisant appel au système électoral politique et social (paritaire ou non).

Pour son premier baptême électoral La CNDI avait choisi d’être présente aux élections Prud’homales pour avoir des élus susceptibles de défendre les « petits employeurs ».

Si vous voulez un monde mieux adapté à notre économie, à notre évolution, faites le pas : soyez candidat à la défense des « petits » entrepreneurs avec La CNDI. Vous en avez les capacités.

Fort de ces premiers succès, La CNDI a présenté des candidats et a eu des élus Juges aux Tribunaux de Commerce, puis des administrateurs à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Paris (CMAP), puis à la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Paris (CCIP) et de la région Île de France (CCIR). Elle a 96 délégués consulaires, et plus de 150 assesseurs aux pôles sociaux dépendants des Tribunaux de Grande Instance sur toute la France, et avait des administrateurs aux caisses du RSI (professions libérales)-RSI(artisans et commerçants) et bien sûr dans les caisses de retraite (CIPAV, CAVP, CAVN…).

Les mandats sont pour 2, 5 ou 6 ans selon le type d’élections.

La Coordination Nationale Des Indépendants précise que :

Les dirigeants des « petites entreprises » artisans, commerçants, professions libérales et indépendants sont des visionnaires passionnés. Ils sont le socle qui stabilise l’économie de notre pays. Ils sont les ambassadeurs d’un savoir-faire.

Ils sont honnêtes, travailleurs, consciencieux, dynamiques et courageux.

Ils créent beaucoup d’emplois si la conjoncture le permet.

Ils ne délocalisent pas.

Ils ne licencient pas.

Ils sécurisent leurs quartiers par leur présence tôt le matin et tard le soir.

Ils protègent leur environnement professionnel.

Ils innovent, font de la recherche et anticipent.

Ils sont les principaux clients des Grandes Entreprises.

Ils fournissent les Grandes Entreprises.

Ils constituent le tissu économique de la France.

Ils paient le maximum de taxes,

Ils paient le maximum d’impôts,

Ils travaillent sans compter leurs heures, tôt le matin, et jusqu’à tard le soir, très souvent beaucoup plus de 50 heures par semaine pour un salaire et une retraite minimum, souvent inférieur au SMIC.

Ils pensent et travaillent pour l’Avenir tout en étant très présents dans la vie active quotidienne.

Ils ont de l’audace. Ce sont souvent des salariés qui ont pris le risque de devenir employeur.

Les « petits entrepreneurs » n’ont pas le choix, ils doivent être performants et ils le sont.

Ils forment les apprentis, les compagnons et prévoient leur relève et notre Avenir.

Ils paient le maximum de prélèvements sociaux.

Il faut que la France sache reconnaître leur courage et leur audace. Loin de l’image du « patron voyou esclavagiste», les « petits employeurs » artisans, commerçants, professions libérales et indépendants défendent leurs entreprises, leurs outils de travail et leur personnel.

Les TPE/PME représentent 75% des exportations françaises en Chine. Souvenez-vous que 92% des entreprises ont moins de 10 salariés et représentent 85% des emplois. C’est dire l’importance réelle qu’il faut accorder aux représentants élus ou désignés de La CNDI.

Les « petits » entrepreneurs et/ou employeurs adhèrent à La CNDI pour se faire élire dans les instances paritaires afin de se défendre et de se protéger.